The World's End - Edgar Wright (2013)

Si c'est tichoux et que ça tourne à 24 images/seconde c'est ici.
Règles 
On va faire comme si on était des adultes responsables : soyez courtois ou assumez que votre interlocuteur vous réponde sur le même ton. Je jouerai à Zorro si il le faut mais j'aimerais autant éviter. Dans le même ordre d'idée : choisissez le forum approprié, utilisez un titre de sujet clair et évitez les doublons. Merci d'éviter le langage SMS et les messages rédigés intégralement en majuscules. Autant que faire se peut, écrire en français est à privilégier (sans se balancer le petit Robert à la gueule à la moindre faute mais en gardant à l'esprit que le message est fait pour être lu et par conséquent qu'il doit être compréhensible par tous).

Je n'ai pas de problème avec la promotion de votre site personnel dans une signature ou occasionnellement (OCCASIONNELLEMENT) dans un message. Toute autre forme de publicité ou de parrainage commercial sera purement et simplement supprimée.La diffamation, le racisme, l'échange de fichiers sous copyright, vous faites ça ailleurs, merci bien. Je n'ai pas de problème avec les discussions portant sur la politique, la religion ou le sexe tant qu'elles respectent la loi en vigueur dans notre beau pays (incitation à la haine, diffamation, tout ça -> pas ici quoi...)

Bref soyez tichoux, discutez et amusez vous bien.

5/6

Contributionde Snowman le 5 sept 2013, 14:13

Ce qui m'a un peu gêné c'est la toute toute fin (*spoiler*après la destruction du bar et la remise à zéro du monde*/spoiler*) mais en dehors de ça c'est bien plus subtil que ça en a l'air (comme d'hab' avec Wright), drôle (évidemment) et intelligent.
Sans parler des bastons qui rappellent le meilleur du cinéma HK.

Et Timothy Dalton dans Hot Fuzz, Pierce Brosnan dans The World's End, c'est moi ou Wright essaie d'envoyer un message aux Broccoli ? :mrgreen:
Imagination is a force that can actually manifest a reality.
- James Cameron
Les mots ne sont qu’un bruit, ce ne sont pas eux qui font avancer l’histoire.
- John McTiernan
Mexican Standoff
Avatar
Snowman
Chû Totoro
 
Contributions : 2974
Inscription : 31 juil 2009, 21:10
Lieu de résidence : Lille

Re: The World's End - Edgar Wright (2013)

Contributionde Lagi le 4 oct 2013, 13:15

Avatar
Lagi
Chibi Totoro
 
Contributions : 73
Inscription : 11 fév 2010, 21:48

Je sens que ce podcast va me plaire

Contributionde Mezko le 25 nov 2013, 19:40

"What screen? There is no screen."
- James Cameron -
Avatar
Mezko
Shiny
Chû Totoro
 
Contributions : 2986
Inscription : 7 sept 2009, 00:45

Drink drink drink

Contributionde Mezko le 3 janv 2014, 11:47

Image
"What screen? There is no screen."
- James Cameron -
Avatar
Mezko
Shiny
Chû Totoro
 
Contributions : 2986
Inscription : 7 sept 2009, 00:45

En attendant celui pour Pharrell et Daft Punk

Contributionde BeatKiyoshi le 6 oct 2014, 22:36

Image
Avatar
BeatKiyoshi
Chû Totoro
 
Contributions : 1685
Inscription : 3 août 2009, 19:23
Lieu de résidence : Too Loose

Apocalypse selon saint Edgar

Contributionde Caius le 18 mar 2017, 17:00

Revisionnage mercredi sur france 4 (rediff dimanche 19 à 22h20), du coup je me rend compte d'un peu plus de signes annonciateurs : "in the end we blew off the last three pubs".

Gary appelle le groupe les cinq mousquetaires et ils finissent la soirée à trois.
Toutes les pièces de la voiture "The Beast" ont été remplacées à part la carcasse comme pour les envahisseurs. Dans un récit d'apocalypse sociale on peut se douter que le nom de la bagnole est aussi un signe. Oliver Chamberlain portant lui même le chiffre de la bête, il sera aussi remplacé. Gary a laissé le nom du propriétaire de la voiture à Peter Page, le deuxième de la bande qui sera transformé en robot :
Peter Page: We have two children.
Gary King: Ooh twice! Get you, fuck machine.

Je pousserai l'analogie un peu plus loin, le chiffre de la bête étant selon certaines exégèses un code pour désigner l'empereur Néron sans le nommer. Il a assisté à l'incendie de sa ville avec le grand incendie de Rome (on l'a soupçonné d'en être l'instigateur). Il a assassiné sa mère Agrippine et est mort en se suicidant. Un empereur n'est pas un roi, certes, mais dans l'intro on voit Gary déclancher le système d'incendie à l'école et finir le film sur la colline devant la ville en flammes (curieusement c'est le prof qui déclenche l'alarme au Beehive). Vers la fin on apprend qu'il a fait une tentative de suicide. Et pour convaincre Andy de faire la tournée il l'apitoye en faisant passer sa mère pour morte (Wright est aussi fan des 400 coups, un autre film de jeunesse à creuser peut-être). Neron était aussi "un prince poète, chanteur et musicien", peut-être à mettre en relation avec le style poétique qu'utilise Gary pour décrire sa quête aux habitants, ou le running gag sur le nom du groupe de musique (j'ai pas capté s'ils en avaient un lorsqu'ils étaient jeunes ou si c'était juste un projet).

Ça faisait aussi bizarre de voir que dès l'intro au milieu du groupe de discussion Gary a déjà en tête les répliques de Les Anges Sauvages, qu'il répète mot pour mot dans la confrontation finale. Comme quelqu'un l'avait remarqué c'est probablement lié au fait que le personnage est enfermé dans sa propre légende factice. La réplique est à l'origine énoncée par un personnage nommé Heavenly Blues, ce qui renvoie au network venu du ciel (un ange) et sa couleur bleutée. Le bleu, ou le blues ( la nostalgie étant présentée comme l'ennemie par Wright en interview) est aussi chassé par "the orange glow of the new down break".

Les Anges Sauvages date de 1966, il y a peut-être un motif sur le chiffre 6 lié à un passé corrompu.
La première virée à lieu le 22/06/1990. Gary doit £600 à Andy Knightley qu'il rembourse en empruntant à Peter Page et Oliver Chamberlain (toujours sur cette idée de remplacement). C'est dans le sixième bar, The Trusty Servant, qu'ils se rendent compte que certains ne sont pas des robots mais des serviteurs du Network.

Ça a probablement été dit ailleurs, il y a 12 membres aux alcooliques anonymes (un plan en 12 étapes?) en parallèle des 12 pubs avec leurs clients(voir les pubs eux-même) qui ont perdu leur identité. L'inverse du Winchester avec ses clients qui ont tous une histoire. Shaun ne voulais pas que l'on nomme les zombies. Il y a toute une scène où ils cherchent un nom pour les envahisseurs(comme le nom de Néron était codé?) en choisissant finalement « blanks » (vides). Il y a probablement quelques figurants qui ont joué les zombies dans le premier film et les robots dans celui là.

Pour Wright le cornetto est un remède contre la gueule de bois. :mrgreen:

Le fait que Gary n'ait aucune idée de ce que WTF veut dire sous-entend qu'il est coupé du réseau internet, et renforce son côté associal avec le refus du politiquement correct. Quoi qu'il finit par dire WTF lorsqu'Oliver se fait dessouder. Il semble qui se socialise quand même en cours de route.


En parlant de prédiction je me rend compte que Wright s'est fait (tony)starbuckiser son projet Antman.
Dernière édition de Caius le 18 mar 2017, 17:00, edité 1 fois en tout
« Les prédateurs sont victimes, c'est une drôle d'époque. De l'absurde on atteint les cimes, c'est dire si les dieux s'en moquent. »
La Gale - Comptez-vos morts
Avatar
Caius
Chû Totoro
 
Contributions : 2263
Inscription : 28 août 2009, 20:24

Re: The World's End - Edgar Wright (2013)

Contributionde BeatKiyoshi le 19 mar 2017, 14:05

Très intéressant, merci !
Image
Avatar
BeatKiyoshi
Chû Totoro
 
Contributions : 1685
Inscription : 3 août 2009, 19:23
Lieu de résidence : Too Loose

Re: The World's End - Edgar Wright (2013)

Contributionde Christian le 19 mar 2017, 17:28

Effectivement. Très intéressant tout ça. Merci.
Avatar
Christian
Chû Totoro
 
Contributions : 2157
Inscription : 9 août 2009, 15:38

Le chiffre bête

Contributionde Caius le 19 mar 2017, 21:29

what we felt was a good thing to do was to take five people, four of whom are grown up, they’re divorcés, married, they’ve got proper jobs, and one guy is stuck in his teenage years and wants to drag them all back. So Simon thought of Gary as the ghost of sixth form past. He sort of appears like a wraith in the movie! But that was important to us.
https://www.scifinow.co.uk/interviews/edgar-wright-and-simon-pegg-on-the-worlds-end-inspirations/

Six Form ça a l'air d'être le lycée en fait.
« Les prédateurs sont victimes, c'est une drôle d'époque. De l'absurde on atteint les cimes, c'est dire si les dieux s'en moquent. »
La Gale - Comptez-vos morts
Avatar
Caius
Chû Totoro
 
Contributions : 2263
Inscription : 28 août 2009, 20:24

Précédent

Retour à Cinéma


Qui est en ligne ?

Sur ce forum : Aucun membre inscrit et un visiteur