Parlons science des affaires de la Cité (Politique quoi...)

Et sinon ben ça doit pouvoir se ranger là dedans.
Règles 
On va faire comme si on était des adultes responsables : soyez courtois ou assumez que votre interlocuteur vous réponde sur le même ton. Je jouerai à Zorro si il le faut mais j'aimerais autant éviter. Dans le même ordre d'idée : choisissez le forum approprié, utilisez un titre de sujet clair et évitez les doublons. Merci d'éviter le langage SMS et les messages rédigés intégralement en majuscules. Autant que faire se peut, écrire en français est à privilégier (sans se balancer le petit Robert à la gueule à la moindre faute mais en gardant à l'esprit que le message est fait pour être lu et par conséquent qu'il doit être compréhensible par tous).

Re: Parlons science des affaires de la Cité (Politique quoi...)

Contributionde Fleau le 17 juin 2017, 18:43

Corenair, ce n'est pas un comportement "dérisoire" que de siffler ou coller une femme dans la rue.

Et si c'est le sexe qui te pose problème, je doute qu'un homme apprécie ça non plus.
De plus, je ne sais ni où tu vis ni qui tu fréquentes et je m'en fous, mais de mon côté, j'ai de nombreuses amies (et pas nécessairement les plus "jolies" si cette information a de l'importance) qui essuient ce type de comportement quotidiennement.
Si la loi se met à punir le sexe masculin pour ce type d'attitude, ce n'est pas par sexisme inversé, mais bien car ce comportement existe dans un sens et pas dans l'autre. Et si la loi te semble punir "à répétition" les hommes, c'est bien parce que la femme est déjà elle-mème punie à répétition toute sa vie d'être née femme.

Bref, le temps que j'écrive ça que tu as déjà répondu à Mezko à la fois tes réflexions habituelles que je nomerais de l'anglicisme "qu'est-ce que l'actuelle baise ?" :
Corenair écrit:au delà du fait qu'il soit mensonger et totalitaire, le féminisme a des effets graves sur la pierre angulaire de la civilisation, qui est les rapports hommes-femmes.

Comme d'autres qui prouvent que tu vois le problème littéralement à l'envers :
Corenair écrit:C'est une position par défaut, dérivée de comportements instinctifs, qui nous confère une appartenance à une groupe à peu de frais.

Même si pourtant, tout au fond, bien cachée, il semble y avoir une once d'espoir, une base de raisonnement solide qui s'effondre dès que tu commence à argumenter :
Corenair écrit:hommes et femmes deviennent des classes plutôt que des individus.


Bref, moi je m'arrête là car on sait très bien qu'on est une cause perdue l'un pour l'autre.
Avatar
Fleau
Chû Totoro
 
Contributions : 914
Inscription : 11 nov 2013, 17:12
Lieu de résidence : Rennes (35)

Re: Parlons science des affaires de la Cité (Politique quoi...)

Contributionde Corenair le 17 juin 2017, 19:11

On va faire simple :
- Être assis les jambes ouvertes est un comportablement dérisoire. En conséquence être arrêté pour ça est grave, et le signe d'une culture malade.
- Même être sifflée ou abordée ne justifie pas donner aux femmes de violer la présomption d'innocence. Ou la charge de preuve.
- Les chiffres qui indiquent que la plupart des femmes subissent ce genre de comportements sont mensongers. Qui plus est, tu es un dupe et un menteur. En consequence je ne te crois pas.
- Enfin, et surtout, tu me dois déjà ses réponses pour tes malhonnêtetés sur le sujet. Je ne répondrai pas plus à quelqu'un qui non seulement persists à ne pas life, Mai's en plus décide pile à la fin de ses posts que ce n'est pas la peine de répondre. Marque "j'ai raison épicétou", tu gagneras du temps.
Avatar
Corenair
Chibi Totoro
 
Contributions : 266
Inscription : 31 juil 2009, 16:29

Re: Parlons science des affaires de la Cité (Politique quoi...)

Contributionde Corenair le 17 juin 2017, 19:18

Oh, et Mezko, il me semble qu'on a la un CQFD de grande ampleur :

Je did que les féministes se fatiguent surtout quand contredits : Fléau débarque comme in leukocyte.

Je demande ce qui, d'un comportement à la réslité discutable ou d'une violation flagrante des principes démocratique chatouille plus les féministes : voir le post de Fléau.

C'est pour ça que j'ouvre ma gueule. Parce que tous les Fléau du monde ont du pouvoir, et ce pouvoir n'est hostile.
Avatar
Corenair
Chibi Totoro
 
Contributions : 266
Inscription : 31 juil 2009, 16:29

Re: Parlons science des affaires de la Cité (Politique quoi...)

Contributionde tangoche le 17 juin 2017, 19:21

@Fléau :

"Corenair, ce n'est pas un comportement "dérisoire" que de siffler ou coller une femme dans la rue."


@Fléau : en fait je pense que c'est là que ça colle mal; que tu penses que Corenair trouve ça civil et approprié de siffler qui que ce soit dans la rue ou de prendre plus de place qu'il n'en faut dans un transport lorsque tu n'es pas seul.

Je ne suis pas d'accord souvent avec Corenair mais si tu ne vois l'essentialisation gravissime (en tant que tel, d'abord, et pour le féminisme ensuite) qui se fait à travers le manspreading (ou seul l'homme, sauf exception, est responsable du mal être et de la mauvaise éducation en société. Soi disant sous cause de sexisme alors que le mec qui écarte les jambes, ben il le fera quelque soit la personne qu'il aura en face).

Explique moi ça


ps ; fréquentant pas mal des cercles féministes intersectionnels lgbtiqetc, je suis moi même obligé de constater qu'il existe des dérives qui ne mettent pas en péril les relations hommes-femmes, comme le mentionnent @Coranair mais tout simplement les relations humaines.
A la survirilité impossible comme injonction de la société, ce féminisme là te propose l'injonction à la sursensibilité, la surprotection de ceux qui ont le blaze d'opprimé en bandoulière, la mise en case des gens en fonction de leurs religions/sexes/genres/etc, et un refus du débat contradictoire qui atteint parfois des sommets délirants. Alors, quand je vois que ce genre de dérive se concrétiser dans le réel, évitant de se pencher sur le fait que nous vivons dans une société dégueulasse et destructrice des liens humains, je me dit qu'on atteint un point critique avec, à la clef, un retour de bâton d'une violence et d'une ampleur sans précédent (indice : c'est pas le cis-blanc dominant chef d'entreprise qui se prendre ce bâton dans la tronche).

ps2: pourtant je trouve mon compte dans ces cercles sur beaucoup de choses, comme quoi ^^
Avatar
tangoche
Chû Totoro
 
Contributions : 507
Inscription : 14 fév 2011, 02:11

Re: Parlons science des affaires de la Cité (Politique quoi...)

Contributionde tangoche le 17 juin 2017, 19:24

Et je suis d'accord avec @Corenair; sur un certain point, c'est dérisoire et futile. Disons que ce n'est qu'une des expressions d'une incivilité encouragé de plus grande ampleur (sachant que je ne considère pas l'écartement des cuisses dans un bus à moitié vide comme étant une incivilité. Si l'écartement ne gêne personne, idem et si quelqu'un est indisposé par la vue d'une testicule moulante, si c'est un homme, rien n'empêche de regarder ailleurs ou de tranquillement demander à la personne de lui épargner cette vision d'horreur) qui, elle, est préoccupante
Avatar
tangoche
Chû Totoro
 
Contributions : 507
Inscription : 14 fév 2011, 02:11

Re: Parlons science des affaires de la Cité (Politique quoi...)

Contributionde Corenair le 17 juin 2017, 19:40

tangoche écrit:@Fléau :

"Corenair, ce n'est pas un comportement "dérisoire" que de siffler ou coller une femme dans la rue."


@Fléau : en fait je pense que c'est là que ça colle mal; que tu penses que Corenair trouve ça civil et approprié de siffler qui que ce soit dans la rue ou de prendre plus de place qu'il n'en faut dans un transport lorsque tu n'es pas seul.


Note également que Fléau - comme d'habitude - ment : je n'ai jamais dit que que siffler quelqu'un ou prendre de la place est civil.

tangoche écrit:ps ; fréquentant pas mal des cercles féministes intersectionnels lgbtiqetc, je suis moi même obligé de constater qu'il existe des dérives qui ne mettent pas en péril les relations hommes-femmes, comme le mentionnent @Coranair mais tout simplement les relations humaines.


Sauf ton respect, il me semble que tu pinailles, là : Si tu admets que le féminisme abîme les relations hommes-femmes, alors en conséquence du fait que les hommes et les femmes sont humains et que leurs interactions se répercutent sur leur rapports avec les membres de leur propre sexe, alors il est évident qu'il abîme les relations humaines.

Ors, le féminisme aujourd'hui et historiquement, grave dans la loi l'idée que les hommes sont collectivement débiteurs des femmes.
Avatar
Corenair
Chibi Totoro
 
Contributions : 266
Inscription : 31 juil 2009, 16:29

Je ne sais vraiment pas pourquoi je me fatigue...

Contributionde Fleau le 18 juin 2017, 16:12

Non mais tangoche, j'invente rien là ! Je veux bien que vous ayez la mémoire courte m'enfin là c'est sur la page d'avant.

Toi tu te ramène avec ton truc de manspreading et d'Enthoven, jusqu'ici tout va bien (et franchement, je suis parfaitement d'accord avec tout ce que tu dis sur le sujet par la suite : j'ai parlé du Locataire quand même, c'est pas très jojo le Locataire...) pour que Corenair se ramène juste derrière balancer "Pas le féminisme qui va trop loin. Le féminisme." et ça quoi :
Corenair écrit:https://www.lesechos.fr/monde/europe/030380393616-ca-se-passe-en-europe-rotterdam-et-madrid-en-guerre-contre-les-exces-de-testosterone-de-leurs-habitants-2093976.php#xtor=CS1-31

De Madrid à Rotterdam, les machos de tout poil ont intérêt à calmer leurs ardeurs. Affichant une politique volontariste, la municipalité la ville portuaire néerlandaise a ainsi décidé d'ériger en délit tout comportement sexiste envers la gent féminine.

Selon l'arrêté municipal récemment adopté, qui siffle, interpelle une femme dans la rue, lui fait des avances ou la "colle" de trop près, devient passible d'une amende de 4.100 euros ou de trois mois de prison. Une nouvelle brigade de la police va d'ailleurs se charger de traquer les flagrants délits.


Bref, il n'est pas étonnant que cette civilisation s'effrite de toute part.

J'invente rien, on est d'accord quand même ? On a bien comparaison ici entre le manspreading et le fait de siffler ou coller une femme dans la rue ? Et apparemment si on punit ce comportement, c'est que la civilisation s'effrite de toute part ? COME ON !

Corenair écrit:Je did que les féministes se fatiguent surtout quand contredits : Fléau débarque comme in leukocyte.

Non mais encore une fois, c'est sur la page d'avant hein, je me suis ramené parce que tangoche m'a demandé ce que j'en pensais... Pitié quoi, comment tu veux débattre avec un mec qui reboot sa mémoire tous les trois posts ?
Avatar
Fleau
Chû Totoro
 
Contributions : 914
Inscription : 11 nov 2013, 17:12
Lieu de résidence : Rennes (35)

Re: Je ne sais vraiment pas pourquoi je me fatigue...

Contributionde Corenair le 18 juin 2017, 22:37

Fleau écrit:J'invente rien, on est d'accord quand même ? On a bien comparaison ici entre le manspreading et le fait de siffler ou coller une femme dans la rue ? Et apparemment si on punit ce comportement, c'est que la civilisation s'effrite de toute part ?


En l'espace de deux ligne, il invente quelque chose après avoir clamé ne rien avoir inventé.

Et bien sûr, il évite soigneusement de mentionner qu'il m'a inventé des propos sur le civisme.

Fortiche.

Fleau écrit:Pitié quoi, comment tu veux débattre avec un mec qui reboot sa mémoire tous les trois posts ?


:shock:

Putain, la projection, c'est effarant. Je veux dire, j'ai l'habitude, quand je discute avec des types comme toi qu'ils projettent leurs propres vices, mais ça reste spectaculaire.
Avatar
Corenair
Chibi Totoro
 
Contributions : 266
Inscription : 31 juil 2009, 16:29

Re: Parlons science des affaires de la Cité (Politique quoi...)

Contributionde Caius le 30 juin 2017, 22:29

« Les prédateurs sont victimes, c'est une drôle d'époque. De l'absurde on atteint les cimes, c'est dire si les dieux s'en moquent. »
La Gale - Comptez-vos morts
Avatar
Caius
Chû Totoro
 
Contributions : 2268
Inscription : 28 août 2009, 20:24

Re: Parlons science des affaires de la Cité (Politique quoi...)

Contributionde Corenair le 10 juil 2017, 21:37

A RESOUNDING REFUTATION OF FALSE UNIVERSALISM

by DAVID FRENCH July 7, 2017

Before I address the text of Donald Trump’s speech yesterday in Poland, it’s worth pulling up two quotes from our two previous presidents. These quotes, I think, encapsulate the difference between the ideas Trump articulated yesterday and the core ideas of many of his liberal critics. First, let’s go with Barack Obama, in a speech to the British Parliament on May 25, 2011:

For both of our nations, living up to the ideals enshrined in [our] founding documents has always been a work in progress. The path has never been perfect. But through the struggles of slaves and immigrants, women and ethnic minorities, former colonies and persecuted religions, we have learned better than most that the longing for freedom and human dignity is not English or American or Western — it is universal, and it beats in every heart.

Next, let’s step into the wayback machine to George W. Bush’s first State of the Union address following the start of Operation Iraqi Freedom:

We also hear doubts that democracy is a realistic goal for the greater Middle East, where freedom is rare. Yet it is mistaken and condescending to assume that whole cultures and great religions are incompatible with liberty and self-government. I believe that God has planted in every human heart the desire to live in freedom. And even when that desire is crushed by tyranny for decades, it will rise again.

These statements are remarkably similar, perfectly encapsulate a universalist view of human nature and human freedom, and are totally and completely wrong. Our previous presidents — and, indeed, much of the intellectual establishment left and right — have sold the American people a false bill of goods about human nature, their own history, and the role of culture in the inculcation of our civilizational values. Trump, by contrast, located the values that other presidents have deemed universal squarely within a Western context, and he specifically rejected a universalism and moral equivalence, declaring that “there is nothing like our community of nations. The world has never known anything like our community of nations.”

He continued with a series of key questions:

We have to remember that our defense is not just a commitment of money, it is a commitment of will. Because as the Polish experience reminds us, the defense of the West ultimately rests not only on means but also on the will of its people to prevail and be successful and get what you have to have. The fundamental question of our time is whether the West has the will to survive. Do we have the confidence in our values to defend them at any cost? Do we have enough respect for our citizens to protect our borders? Do we have the desire and the courage to preserve our civilization in the face of those who would subvert and destroy it?

The response from thinkers on the left was swift and outraged. Sarah Wildman at Vox compared it to an “alt-right manifesto.” Slate’s Jamelle Bouie was blunt. The speech was dog-whistle racism: Peter Beinart wrote a widely read piece at The Atlantic accusing Trump of voicing “racial and religious paranoia.”

To Beinart, “the West is a racial and religious term,” and he called back — as I just did — to the universalism of presidents past:

Every president from George H.W. Bush to Barack Obama emphasized the portability of America’s political and economic principles. The whole point was that democracy and capitalism were not uniquely “Western.” They were not the property of any particular religion or race but the universal aspiration of humankind.

But declaring that previous presidents disagreed does not make previous presidents right. They’ve been wrong. Dangerously wrong. And Trump’s “sin” here isn’t racism but rather calling out the false god of post–Cold War establishment utopianism.

Trump’s speech wasn’t white nationalism, it was a rejection of universalism: The ideas that define and govern our nation come from a specific culture, and that culture comes from (and has defined) a specific place. The Founders were heirs to a specific intellectual and religious tradition — one that is both alien and superior to many competing cultures and faiths.

The fiction of the universalist Left and the universalist Right is the notion that the best human values, including that alleged “longing for freedom,” are somehow transcendent and universal. It’s one reason why so many otherwise- smart people fell head over heels for the Arab Spring. They thought the “longing for freedom” was emerging, as opposed to a will to power and a thirst for vengeance. Instead, the Arab Spring brought forth the Muslim Brotherhood in Egypt, ISIS in Syria, and a vicious war in Libya.

This universalism is a reason why both previous presidents made serious mistakes abroad. As I’ve written before, President Bush was idealistic about our alleged friends — believing they wanted liberty more than they wanted to settle old scores — and failed to adequately plan and prepare for the Iraq that would emerge after the American invasion. President Obama was idealistic about our enemies, believing that if you addressed their “legitimate grievances” against the U.S. and Israel, then the alleged universal values would have a chance to prevail against the forces of hate.

Yes the experience of immigrants (and a select few allied democracies across the globe) shows that men and women from every tongue, tribe, and nation can embrace and build societies dedicated to constitutional governance and that also protect individual liberty. At the same time, millennia of human experience shows that entire societies and cultures have rejected those values and actively work to suppress human freedom. How do we deal with these twin realities?

The realistic response is that while the “longing for freedom” is the product of particular ideas from a particular place, it is of course not inherently limited to that place or the residents of that place. If, however, you want that culture and those ideas to persevere and even to spread, you have to protect those ideas and the place from whence they came.

You cannot, for example, import en masse people from other cultures and simply assume that the fictional universal “longing for freedom” will take hold. You cannot, for example, denigrate the source of these ideas — the “dead white male” Founders, Judeo-Christian civilization more broadly — and assume that these ideas will endure.

The best Western values, in other words, aren’t the result of universal virtue bursting forth but rather a centuries-long and uneven process of acculturation and education — one that’s often at odds with human nature and specifically designed to suppress our worst impulses. In this context, Judeo-Christian ideas have a specific value. The family as a core building block of the culture has a specific value. Constitutional governance has a specific value. They are not necessarily interchangeable with Islam, with alternative family arrangements, or with statism. Thus, a call to protect faith, family, and limited government is a call to protect the culture that has birthed freedom at home and abroad.

No reasonable person pretends that the West is perfect or that its history isn’t shot through with its own legacy of wars, racism, genocide, and injustice. But its spiritual and intellectual architects did ultimately build something of immense worth. Part of the proof is the clamor of masses around the globe to live in the society they made.

We’re heirs to a grand tradition; should we not work diligently to preserve it? Should we not recognize the threats from within and without? Should we not recognize the truth that not all men share our values or ideals?

Universalism is a false ideology. It’s a burden and a cancer on our body politic. It defies reality. Not all people have the same desires, and not all faiths teach the same things. Some cultures are superior to others. Trump yesterday reminded America and its allies that the culture they’ve built, imperfect as it is, is both valuable and vulnerable.

That’s not racism. That’s just truth.
Avatar
Corenair
Chibi Totoro
 
Contributions : 266
Inscription : 31 juil 2009, 16:29

Précédent

Retour à Divers


Qui est en ligne ?

Sur ce forum : Aucun membre inscrit et 0 visiteurs